Corrigés de philosophie

Suis-je ce que j'ai conscience d'être ?

Corrigé élève sélectionné pour ce sujet

Note du corrigé :
  • Currently 4.00/5
• Proposé par : marineverissimo • Nombre de mots : 2822 • Dernière mise à jour : 03/03/2013

Description laissée par l'auteur :

Copie entièrement retranscrite d'une élève, note : 13/20.

Extrait du corrigé :

extrait du corrigé Qui suis-je ? Cette interrogation d’ailleurs n’est pas spécifique à la philosophie. Tout être humain s’interroge un moment donné sur la nature de ce qu’il est. Se connaître permet en effet de mieux s’adapter aux situations qui se présentent, voire d’éviter certaines d’entre elles. La connaissance de soi sécurise. Elle délimite nos pas sur un chemin non balisé, fait d’incertitudes. Tout d’abord La conscience humaine est la connaissance intuitive que l’esprit possède de ses états et de ses opérations. La conscience est le fondement et la condition de toute pensée. La pensée a pour objet soit le monde extérieur, c’est à dire la réalité comprenant le monde, autrui, etc ; soit le sujet lui-même. Ainsi que la conscience de soi désigne ce avec quoi je sais que j’existe, c’est l’existence qui s’apparaît à elle-même. En ce sens, cela présuppose que : je suis ce que j’ai conscience d’être. En effet, l’être désigne l’essence, la continuité, ce que la chose est, on peut donc imaginer que mon être coïncide avec la conscience que j’en ai. Or la conscience peut se caractériser aussi comme une visée qui s’apparait à soi-même en faisant mouvement vers une chose qu’elle fait apparaître, en effet le « je suis » se rapporte à j’existe dans un ici et maintenant dont je m’échappe par le mouvement même de la conscience qui est toujours un déploiement d’horizon, intentionnalité. De cette manière un paradoxe semble se poser : si nous sommes « existence » dirigés par une conscience axée vers le devenir d’un autre être, synonyme de discontinuité ; comment peut-on l’accorder avec la connaissance de l’être où le savoir, détermination d’une intuition sensible ? Comment mettre en lien la liberté d’une existence avec la continuité d’une essence ? L’homme ne serait-il pas en train de de devenir cet autre ? On serait amené à penser aisément que la conscience est une "science" de soi -même et que ses informations correspondent à ce que je suis ré

Accédez au corrigé entier :

En 1 appel ou 1 SMS+
Pour 2€ environ
Paiement sécurisé par Rentabiliweb

Choisissez votre pays :
Choose your country :

France France DOM TOM Belgium Morocco

Payer par carte bancaire :
Pay by credit card :

pay by credit card
Votre navigateur doit accepter les cookies
Please check that your browser accept the cookies

En soumettant 1 de vos copies
Pour 2 crédits (Vous en gagneriez 5)
avertissement corrigé Avertissement : les copies d'élèves ne sont pas destinées à être reproduites telles quelles. Apprenez à maximiser leur utilité.

Autres ressources disponibles sur ce sujet

Copie élève de golouman. Nombre de mots : 1827. Note :
  • Currently 4.00/5
.
Consultez ce corrigé
Copie élève de ssss. Nombre de mots : 1769. Note :
  • Currently 4.00/5
.
Consultez ce corrigé
Copie élève de nagrom27. Nombre de mots : 1756. Note :
  • Currently 3.50/5
.
Consultez ce corrigé
Corrigé professeur (Colette Kouadio) du site sos.philosophie.free.fr. Note :
  • Currently 5.00/5
.
Consultez ce corrigé
Corrigé professeur (Carole Bline) du site philocours.com. Note :
  • Currently 4.00/5
.
Consultez ce corrigé
Posez votre question sur le sujet en indiquant vos idées et obtenez un retour gratuit.
Posez votre question
Ajoutez un corrigé pour ce sujet et accédez gratuitement aux autres.
Ajoutez votre corrigé

Sujet similaires (mots-clés : suis conscience etre)

Suis je réellement ce que j'ai conscience d'être ?
F
Existe-t-il un écart entre ce que je suis et ce que j'ai conscience d'être ?
F
Ai-je conscience de tout ce que je suis ?
F
Suis-je libre de diriger ma conscience ?
F
Suis-je responsable de ce dont je n’ai pas conscience ?
1 4 F