login  
logo_20enphilo

Rousseau, Julie ou la Nouvelle Héloïse : Du plaisir de désirer

Date d'ajout du sujet : 17/03/2017 • 9 vues
Texte étudié (Tout afficher) :

Malheur à qui n'a plus rien à désirer ! Il perd pour ainsi dire tout ce qu'il possède. On jouit moins de ce qu'on obtient que de ce qu'on espère et l'on n'est heureux qu'avant d'être heureux.
En effet, l'homme, avide et borné, fait pour tout vouloir et peu obtenir, a reçu du ciel [de Dieu] une force consolante qui rapproche de lui tout ce qu'il désire, qui le soumet à son imagination, qui le lui rend présent et sensible, qui le lui livre en quelque sorte, et, pour lui rendre cette imaginaire propriété plus douce, le modifie au gré de sa passion. Mais tout ce prestige (...)

Rousseau, Julie ou la Nouvelle Héloïse

Corrigé élève sélectionné pour ce sujet

Note du corrigé :
  • Currently 4.00/5
• Proposé par : arianev • Nombre de mots : 3504  • Dernière mise à jour : 17/03/2017

Description laissée par l'auteur :

I. Le bonheur se trouve dans le désir
II. L'homme serait fait pour désirer
III. En quoi la possession de l'objet désiré en détruit la beauté
IV. le désir a une valeur ontologique selon Rousseau

Extrait du corrigé :

Introduction

Jean Jacques Rousseau (1712-1778) est un des plus illustres philosophes du siècle des Lumières. Il est l'auteur de Julie ou la Nouvelle Héloïse, daté de 1761, dont le grand thème est le désir.
Dans son texte, l'auteur remet en cause l'aspect péjoratif du désir et en fait un élément positif, voire essentiel à notre bonheur. Rousseau se livre à deux descriptions : tout d'abord la description de l'état du désir, c'est à dire l'embellissement par l'imagination de ce qui est désiré ; ensuite, il décrit l'état dans lequel on se trouve lorsque l'on vient à posséder : la réalité ne peut alors rivaliser avec la beauté qu'avait produite l'imagination. Rétrospectivement, on se rend compte qu'il n'y a illusion et beauté que lors du désir, et que le plaisir qu'elles procurent est bien supérieur à celui de la possession.
Pour Rousseau, la vie ne vaut la peine d'être vécu que si elle est emplie de désir.
Nous allons voir dans un premier temps que, pour Rousseau, le bonheur se trouve dans le désir, puis dans un second temps que l'homme serait fait pour désirer, dans un troisième temps en quoi la possession de l'objet désiré en détruit la beauté, et enfin dans un quatrième temps, que le désir a une valeur ontologique selon Rousseau.

I. Le bonheur se trouve dans le désir

« Malheur à qui n'a plus rien a désirer !» avertit Rousseau dès la première phrase du texte. Cette phrase sonne comme une mise en garde et une prédiction. Or cela est paradoxal : en effet, le désir est généralement considéré comme le moment qui précède la satisfaction, donc un moment fait d'angoisse et de doute ; tant que l'on n'a pas obtenu ce que l'on désire, on ne possède encore rien, et on est donc, sinon malheureux, dans l'attente d'un bonheur à venir. Ce sens est tiré de l'origine du mot « désir ». « Désir » vient en effet de « de-siderare » en latin, qui signifie « la contemplation avec nostalgie d'un astre m

Accédez au corrigé entier :

En 1 appel ou 1 SMS+
Pour 2€ environ
Paiement sécurisé par Rentabiliweb

Choisissez votre pays :
Choose your country :

France France DOM TOM Belgium Morocco

Payer par carte bancaire :
Pay by credit card :

pay by credit card
Votre navigateur doit accepter les cookies
Please check that your browser accept the cookies

En soumettant 1 de vos copies
Pour 2 crédits (Vous en gagneriez 5)
Avertissement : les copies d'élèves ne sont pas destinées à être reproduites telles quelles. Apprenez à maximiser leur utilité.

Autres ressources sur ce sujet

Posez votre question sur le sujet en indiquant vos idées et obtenez un retour gratuit.
Posez votre question
Ajoutez une copie d’élève/un corrigé à ce sujet et accédez gratuitement aux autres.
Ajoutez votre corrigé

Sujet similaires (mots-clés : rousseau julie nouvelle heloise plaisir desirer )

Une vie heureuse est-elle une vie de plaisir ?
1 1 F
Rousseau, Émile ou De l'éducation : Illusion et vérité
1 F
Rousseau, Julie ou la Nouvelle Héloïse : "il n'y a rien de beau que ce qui n'est pas"
1 F
Rousseau, Du Contrat Social : passage de l'état de nature à l'état civil
1 F
Est-il absurde de désirer l'impossible ?
1 F