login  
logo_20enphilo

Hegel, Esthétique : la prise de conscience de soi

Date d'ajout du sujet : 25/02/2010 • 5 545 vues
Texte étudié (Tout afficher) :

«Cette consience de lui-même, l'homme l'acquiert de deux manières : théoriquement, en prenant conscience de ce qu'il est intérieurement, de tous les mouvements de son âme, de toutes les nuances de ses sentiments, en cherchant à se représenter à lui-même, tel qu'il se découvre par la pensée, et à se reconnaître dans cette représentation qu'il offre à ses propres yeux. Mais l'homme est également engagé dans des rapports pratiques avec le monde extérieur, et de ces rapports naît également le besoin de transformer ce monde, comme lui-même, dans la mesure où il en fait (...)

Hegel, Esthétique (traduction Jankélévitch)

Corrigé élève sélectionné pour ce sujet

Note du corrigé :
  • Currently 4.50/5
• Proposé par : champomy54 • Nombre de mots : 1490  • Date d'ajout : 25/02/2010

Description laissée par l'auteur :

Ce commentaire expose un plan proposé par un professeur et rédigé par un élève. Il contient une introduction , deux grandes parties, une conclusion ainsi qu'une ouverture à la critique.

Extrait du corrigé :

Introduction

Hegel distingue dans son extrait une vision dualiste de la conscience de soi. En effet l’auteur fait référence à deux prise de conscience de soi et non à une seule. Il nuance d’abord en une première manière une démarche théorique, le fait d’avoir recours à l’introspection. Puis en une seconde manière, une démarche pratique qui est de l’ordre de la projection, en d’autre terme de l’extériorisation. Cette dernière est donc considérée comme opposée et symétrique de la première qui elle est brève car commune.
Ainsi, il est intéressant de spécifier les deux manières opposées et symétriques de prendre conscience de soi que l’auteur met en avant dans son explication. Puis par le biais des deux exemples proposés dans l’extrait, de préciser la prise de conscience de soi par la pratique.

I. Deux manières opposées et symétriques de prendre conscience de soi

La distinction s’énonce sous la forme d’une opposition et d’une symétrie entre deux manières concrètes, selon Hegel, de la prise de conscience de soi.
Prendre conscience de soi théoriquement renvoie à se connaître de manière affective. Hegel renvois à la notion d’émotion par : « les mouvements de son âme » (l.3) et « ses sentiments » (l.4). Ces termes sont de connotation affective. On peut ainsi dire que l’affectivité n’est pas un domaine de singularité. En effet une vie affective est complexe, riche et, par bien des aspects, elle est changeante. Il s’agit d’essayer de constituer un portrait affectif de soi-même c’est-à-dire de savoir ce que nous sommes dans notre singularité. Par introspection on essaye de se faire une image de soi qui soit la plus ressemblante possible, tout en sachant que nos réactions, nos sentiments sont imprévisibles. Hegel détermine par cette première manière que l’homme prend conscience de lui-même par le biais d’une intériorisation, d’une introspection de sa propre personne. On peut alors dire, d’après

Accédez au corrigé entier :

En 1 appel ou 1 SMS+
Pour 2€ environ
Paiement sécurisé par Rentabiliweb

Choisissez votre pays :
Choose your country :

France France DOM TOM Belgium Morocco

Payer par carte bancaire :
Pay by credit card :

pay by credit card
Votre navigateur doit accepter les cookies
Please check that your browser accept the cookies

En soumettant 1 de vos copies
Pour 2 crédits (Vous en gagneriez 5)
Avertissement : les copies d'élèves ne sont pas destinées à être reproduites telles quelles. Apprenez à maximiser leur utilité.

Autres ressources sur ce sujet

Posez votre question sur le sujet en indiquant vos idées et obtenez un retour gratuit.
Posez votre question
Ajoutez une copie d’élève/un corrigé à ce sujet et accédez gratuitement aux autres.
Ajoutez votre corrigé

Sujet similaires (mots-clés : hegel esthetique prise conscience soi )

Suis-je ce que j'ai conscience d'être ?
4 F
Peut-on ne pas être soi-même ?
3 F
Suis-je responsable de ce dont je n’ai pas conscience ?
3 F
Est-ce dans la solitude que l'on prend conscience de soi ?
2 F
Peut-on penser par soi-même ?
2 F